• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Au fil des jours

    septembre 2021
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Liste des articles

  • Vous avez la parole

    • Album : Photos de vacances 2008
      <b>aot2008hyresplage02.jpg</b> <br />

“Entre les murs” Palme d’or de la démagogie

Posté par ENO filles le 18 octobre 2008

palmedor.jpg              uneparodiededbat.jpg

             “Entre les murs” de Laurent Cantet

Palme d’Or Cannes 2008

oui mais …

Je viens aujourd’hui de lire cet article que je voudrais vous communiquer tant il exprime les choses comme je les pense et en beaucoup mieux. Mais j’aurais aimé plus de commentaires sur ce sujet grave qui laisse apparemment mes lecteurs indifférents. Manque d’intérêt? Aveu d’impuissance ou de renoncement? Incapacité d’oser prendre parti?

Vous avez le droit de ne pas être de cet avis. Alors dites-le, SVP!

01.jpg         02.jpg         03.jpg

Petit rappel pratique: Pour lire l’article: Après avoir cliqué sur la vignette pour ouvrir l’image:

« Tout en pressant la touche CTRL, tournez la petite roue qui est au milieu de votre souris.  Les caractères deviendront plus gros ou plus petits, selon le sens de la roue »   

* Articles précédents sur le sujet: cliquez sur les liens ci-dessous 

Lundi 22 septembre – avant-première “Entre les murs”

“Entre les murs” une réponse de Papy

Publié dans Cinéma, Enseignement | Pas de Commentaire »

« Entre les murs » une réponse de Papy

Posté par ENO filles le 3 octobre 2008

Un Papy qui compte Les images parlent

Photo prise courant Septembre 2008, par un ami. La plaque est sur un mur de l’É.N. de La Rochelle

Après avoir vu « le film », on peut mieux comprendre  :-D   ceux qui sont tombés ou qui vont tomber au champ… du travail ! Mais on ne peut pas trop plaisanter là-dessus : c’est quand même une plaque commémoratrice… Avouez que c’est curieux et original.

alammoirede.jpg

 

Publié dans Cinéma, Enseignement | Pas de Commentaire »

Lundi 22 septembre – avant-première « Entre les murs »

Posté par ENO filles le 23 septembre 2008

palmedor.jpg     « Entre les murs » interro151animation.gif

de Laurent Cantet

Cannes 2008 – Palme d’Or

entrelesmurs.jpg   Interview   retouraucollge.jpg

Quelques appréciations…et ensuite les miennes…

Et les votres… si vous le voulez bien, car le sujet est grave.

 * Lu sur Allo-ciné

« Au départ, ça n’était pas gagné. Entre les murs est la transposition à l’écran du roman homonyme de François Bégaudeau, ouvrage aussi brillant qu’éclairant, dans lequel l’auteur évoque son expérience de prof de français dans un collège difficile, essentiellement à travers le compte-rendu des échanges verbaux entre l’enseignant et élèves. Le défi du livre, celui du film et qui rejoint, au fond, celui de l’Education Nationale- c’est l’idée qu’ « entre les murs » de la salle de classe, la société tout entière, ses contradictions, ses injustices, ses violences, est concentrée. Et donc, pour saisir au mieux les difficultés du métier de prof, il suffit d’observer et d’écouter ce qui se joue entre ses élèves et lui.

C’est une des leçons du film : entre un prof et ses élèves, il y a du jeu. Au sens ludique du terme, mais aussi au sens théâtral (chacun attend de l’autre qu’il soit crédible dans son rôle) et également au sens de la négociation, de la souplesse. François (interprété par François Bégaudeau lui-même, très bon, comme les enfants, tous épatants) est en effet un partisan du dialogue, un pédagogue qui refuse la sanction-couperet. Sa démarche, généreuse, intelligente, et à rebours de l’idéologie dominante-, n’est évidemment pas sans risques. François est donc constamment sur un fil : comment être à l’écoute des élèves sans se laisser déborder ni tomber dans la démagogie ? Et quel temps reste-t-il pour la transmission du savoir?

Ces questions, et bien d’autres, sont posées tout au long des deux heures captivantes que dure ce film ingénieusement construit. Le spectateur assiste à une succession de moments de vie, d’instants de crise, l’intrigue se cristallisant dans la dernière partie autour du cas d’un élève, Souleymane, qui risque l’exclusion suite à une altercation survenue dans la classe. Projet atypique (pas d’acteurs professionnels, mise en place d’ateliers avec les élèves pour la construction des personnages), « Entre les murs » contient pourtant à l’arrivée tout ce qu’on peut attendre d’un film traditionnel : du rire (entre le prof et les élèves, on est parfois presque dans un concours de vannes), de l’émotion (une élève qui, en fin d’année, avoue, désemparée, qu’elle n’a rien compris), du suspense (Souleymane devra-t-il quitter le collège ?)… Auteur d’un grand film sur la lutte des classes (l’inoubliable Ressources humaines), Laurent Cantet, cinéaste au regard précieux, signe aujourd’hui un film exemplaire sur les luttes dans la classe.

JD- http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18422539.html 

* Le Parisien écrit: «Entre les murs», palme d’or phénomène

Parents, enseignants ou élèves, le film de Laurent Cantet, tourné avec des collégiens parisiens du XXe arrondissement, fait beaucoup parler. Primé au dernier festival de Cannes, il représente la France dans la course aux Oscars.   « Entre les murs », c’est la grande classe. Quatre mois après avoir créé la surprise au Festival de Cannes, le film de Laurent Cantet sort dans 360 salles. Face à face, un prof et une vingtaine de collégiens du XX e arrondissement de Paris. Décapant. 

Des semaines que ça dure :

-« Tu l’as vue, la Palme d’or ? »,

-« Dites, c’est bien, Entre les murs ? »,

-« C’est pas trop long, genre deux heures de cours ? »

-« Oui, oui, c’est formidable. Non, on ne voit pas le temps passer ».

Et puis, ça fait plaisir, un « petit » film français – c’est bien mon avis- quasi expérimental budget riquiqui de moins de 3 millions d’euros, pas d’acteurs professionnels,

Pas « de scénario en béton », de l’aveu même de son metteur en scène qui souffle la récompense suprême à Cannes, au nez des favoris.

Précédé par sa gloire, « Entre les murs », adaptation du livre éponyme de François Bégaudeau.

Les premières minutes, on pourrait se croire devant un documentaire : sobriété, absence de générique, de musique. Direct dans le vif du sujet. Le film suit un professeur de français, François Marin (l’ex-enseignant Bégaudeau, bluffant dans son propre rôle), et ses vingt-cinq élèves de quatrième durant une année scolaire dans un collège parisien « difficile ». Pour interpréter les profs, de vrais profs. Pour jouer les collégiens, de vrais collégiens. Cours chahutés, récrés musclées, conseils de classe ou de discipline, Cantet n’a pas son pareil pour faire palpiter le réel, extraire une vérité de la fiction. On peut tout y voir.
Car « Entre les murs », huis clos tourné à l’été 2007 dans un établissement en vacances, est bien une fiction. Y a d’la joie, des larmes, on peut tout y voir, aussi bien la preuve de la faillite du système que la possibilité d’un autre enseignement, plus égalitaire. On y voit surtout du cinéma, vivant, inventif, à la fois exigeant et populaire. On n’est pas près d’oublier la tchatche d’Esmeralda, la colère de Souleymane et la dignité de sa maman, ces autoportraits d’ados – « J’aime pas les hommes politiques, j’aime pas Materazzi… »- et tous ces duels à « OK Collège » où gagne celui qui a le dernier mot. « Entre les murs », c’est la grande classe.

* Et les miennes… 

J’ai aimé le film en soi mais…

Fallait-il une palme d’or pour que l’on prenne conscience du problème de l’enseignement actuel en France, problème qui se multiplie bien au-delà des collèges dits « sensibles ».

« Français langue étrangère », c’est une nouvelle matière pour laquelle les profs ne sont pas encore formés.

Et il y est clairement montré que les enfants changent de classe avant même d’avoir acquis la maîtrise de la langue française. Vont-ils même l’acquérir un jour ?

Cette connaissance n’est même pas exigée des futurs enseignants en formation à l’actuelle IUFM, j’ai pu le constater.

J’ai très mal vécu ce film, non pas par sa qualité, ni par le jeu de l’auteur-acteur, ni par celui des enfants et des profs, acteurs improvisés qui ont parfaitement bien joué leur rôle, mais par le comportement des spectateurs les plus âgés, inconscients de la situation, riant devant des situations que je trouve déplorables et plutôt dramatiques.

Les plus jeunes ne riaient pas.

Comment avons-nous fait pour en arriver là ? Comment pouvons-nous accepter de transformer ainsi l’enseignement en un telle bagarre?

Oui je suis d’accord : entre les murs d’une salle de classe, vit un microcosme de la société tout entière. Cela a toujours été et les enseignants que nous sommes en ont toujours été conscients.  Mais notre société est devenue champ de bataille où les profs risquent tout, leur réputation et même leur vie pour sauver un minimum de futurs citoyens de France et du monde. Je ne crois pas que la plupart soient armés pour ce genre de conflits auxquels ils vont sacrifier leur existence. Et chacun réagit comme il peut à cette situation intolérable. Et pour cela maintenant on exige un Bac +5. Mais on a oublié une sixième année, la formation au combat. Les « spécialistes des mots » que nous sommes censés être ont souvent oublié leur corps.  Le jeu théâtral a toujours existé. L’enseignant est un acteur qui doit séduire son public. La sanction vient directement des élèves, même à la maternelle et ensuite du profane, non averti.  C’est pourquoi les enseignantes de mes écoles avaient du mal à travailler devant témoins, fermant leurs portes ou les masquant par des décors divers, craignant le jugement des autres, parents, collègues, inspecteurs, intervenants occasionnels, etc. comme si nous, dans ce métier nous n’avions jamais droit à l’erreur, au découragement, à la fatigue. Ce film montre un prof en huis clos avec ses élèves, du « presque » jamais vu. Tout ce que tout le monde veut savoir sur cet univers qui lui est quasiment interdit. Mais il ne faut pas oublier que bien des films ont été auparavant tournés sur le sujet. Pour n’en citer que quelques uns: Les Brel (Les risques du métier), Coluche (Le maître d’école), Depardieu (Le plus beau métier du monde) et d’autres encore. Pensez à ces films de Pagnol sur l’école : Topaze, Merlusse. Comme nous étions encore loin de ces problèmes, il n’y a pas si longtemps! La crise était moins violente et le spectacle moins « osé » donc moins spectaculaire.  Actuellement tout les « films à succès » s’appuient sur la violence en tout genre et celui-là ne faillit pas à la règle. Et cette violence ne déconcerte même pas… Il a le mérite de ne passer sous silence aucune métastase de la société « made in banlieue ». 

De ce classement du stress en cours de devenir une maladie professionnelle, les enseignants seront les premiers bénéficiaires. Jusque-là on ne parlait que des « vacances » des profs. 

***

* Et si l’Amérique propose ce film aux Oscars * c’est qu’elle-même vit ce problème émergeant et difficile à réprimer. Le monde se mobiliserait-il enfin?  Bon ! cet écrit n’est que le résultat de mon ressenti et n’est ni péremptoire, ni défaitiste.   Un nouveau métier est né avec toute cette détresse à gérer et à digérer. Je souhaite beaucoup de force et de courage à tous les enseignants encore en poste. Allez voir ce film mais ne regardez pas seulement la prouesse cinématographique. Réagissez aux idées véhiculées.

Et merci de m’avoir lue jusqu’au bout.

Et le commentaire de Germaine notre américaine…

L’Amerique ne choisit pas les films proposes aux oscars .Ce sont les pays qui proposent leurs films. Je pense qu’il interessera un minorite pensante et intellectuelle mais cela m’etonnerait qu’il soit prime.Ici, les films sur l’ecole, en general pour tres grand public, sont tres moralisateurs et s’etendent beaucoup sur les vertus de l’education.
D’autre part, si c’est le film ou l’on suggere qu’en etant sympa et comprehensif avec les eleves les choses vont changer, je n’irai pas voir ce film.Recemment un psychologue disait qu’il fallait que ca change, qu’on avait ete trop cool et trop permissif, qu’on etait trop rentre dans la pensee de l’eleve pour essayer de le comprendre et que les psychologues avaient leur part de responsabilite dans cet etat de chose. Moi meme a t il dit…etc.
Conclusion de ce type et aussi la mienne: il faut changer son fusil d’epaule, de la fermete, ne pas leur demander ce qu’ils veulent, et de la discipline. On vous impose un savoir que nous pensons etre bon, vous devez obeir et travailler quels que soient vos etats d’ame.Period.

 

Publié dans Cinéma, Enseignement | 2 Commentaires »

Festival de Cannes 2008 La croisette

Posté par ENO filles le 23 mai 2008

Les news du Mercredi 21 mai 2008

Un peu réchauffé sans doute!

Comme j’envie les journalistes de pouvoir décrire le monde en temps réel. Bon cela intéressera peut-être quelques uns de mes lecteurs. Ce serait même gentil de leur part qu’ils me donnent leurs impressions.

Cannes 2008
Album : Cannes 2008
La Croisette
44 images
Voir l'album

Cannes 2008
Album : Cannes 2008
La montée des marches... vue de très loin
28 images
Voir l'album

Je suis une fan de Cannes mais je n’y vais pas assez souvent à mon goût. 

Hier Jeannine et moi y sommes allées jouer les stars et nos belles amies Sharon et Madonna n’ont pas été les seules à être photographiées. Demandez-le à Jeaninne…

Mais j’ai quand même réalisé pour vous, mes blog’s fans au silence prometteur – le silence n’est-il pas d’or ?- un petit album-photos de notre balade.

Certes les starlettes ont un peu changé de look, comme vous pourrez le constater. Et les voitures aussi. Mais Cannes restera toujours Cannes…

Star Circus, Cannes et sa Croisette.

Imaginez la célèbre avenue à la végétation luxuriante et ce bord de la Méditerranée que le Monde – ou presque- nous envie, ornée d’une foultitude de barrières disgracieuses derrière lesquelles la foule compacte des amateurs-générateurs de stars est parquée, tentant désespérément d’apercevoir ses prestigieuses idoles, ce monde pailleté que beaucoup d’entre eux voudraient cotoyer.

La rue ressemble à une vaste scène de fête foraine avec ses rappeurs, ses camions-poubelles, ces nouvelles starlettes au look moderne plus ou moins réussi, sa nuée de photographes, ses festivaleux qui déambulent partout à toute vitesse. Parfois un peu mal aux pieds. C’est normal. Tout va si vite ici. Il faut rester dans la course.

Je songe avec un peu de nostalgie aux festivals du siècle dernier – le 20eme bien sûr, ce n’est pas si loin! Les stars venaient à pieds ou en superbes limousines, vitres ouvertes pour se laisser admirer et saluer la foule heureuse de faire partie de la fête. Idem sur les marches. Alain Delon s’était retourné à chaque marche pour remercier  les spectateurs éblouis. Une grande star comme on les aime.

Maintenant vitres teintées et gardes du corps, la « chasse aux idoles » est teintée de déception. Les tatouages ont remplacé les paillettes mais les belles toilettes, vitrine de notre Haute Couture Parisienne sont toujours là, heureusement!  

Et Cannes est toujours Cannes et je l’aime. Le soleil pas toujours qui boude souvent la fête ces dernières années.

Jeannine et moi avons longuement arpenté l’avenue, attendant patiemment que quelques barrières s’ouvrent , quelquefois passant dessous -difficile cependant d’échapper à la surveillance rapprochée !!!-

Bientôt les invités arrivent à pas plus ou moins pressés,  canalisés dans les barrières et ralentis par les contrôles sévères et les photographes.Le nombre grandit rapidement. Un bouchon se forme. Les contrôleurs décident heureusement de déplacer la vérification des invitations vers le palais afin de fluidifier le courant. Hommes et femmes avancent dans des tenues longuement choisies, avec plus ou moins de bonheur,  pour l’occasion.

La montée des marches

Mais l’heure est arrivée. La foule se presse au bas des marches. Les photographes grimpées sur des escabeaux dressent leurs armes comme une haie de hallebardes. Difficile de voir quelque chose à travers cette forêt noire et dense quand on mesure 1m54. Soyez indulgents pour les prises de vues insignifiantes que je vais vous proposer. C’est ce qui fait que mes photos sont uniques.

Qui avons-nous eu la chance d’apercevoir?

* Madonna et son mari Guy Ritchie. La chanteuse est là pour présenter son documentaire loin d’être futile:  »I am because we are » qui montre les conditions de vie très difficiles des enfants au Malawi. Très belle, très glamour très digne en défenseur de la cause humanitaire. Que dire de plus!

« La revanche des blondes »: Aujourd’hui elle est accompagnée de Sharon Stone, toujours magnifique et engagée elle aussi dans ces multiples combat pour la vie sur notre planète.

Comme quoi « on peut être blonde » et tout le reste. – Pas concernée, moi je suis rousse- et américaine, et venir de Los Angeles, la StarCity qui fourmille de ces personnages qui mettent leur célébrité au service des causes insoutenables de plus en plus nombreuses.

A 17h45 L’événement du jour: la présentation du biopic sur le CHE (Che Guevara) par Steven Soderbergh et l’équipe du film.

* En attendant la leçon de cinéma de Quentin Tarantino demain, l’évènement du jour sur la Croisette est la présentation de CHE.

Sélectionné en compétition officielle, CHE retrace, en deux parties, le destin hors-du-commun de celui qui deviendra le leader de la révolution cubaine et le symbole d’une nation. Dans la peau du « comandante », un Benicio del Toro plus vrai que nature, qui monte les marches ce soir aux côtés de Steven Soderbergh: « Je peux faire un film sur le Che sans pour autant adhérer à son idéologie » je cite.

L’acteur Benicio del Toro, né à Porto Rico, campe Guevara, parait-il,  avec prestance et intensité.

Je n’en doute pas. Pour avoir apprécié cet acteur dans:

The Usual Suspects 

Basquiat 

21 Grams 

Sin City 

Things We Lost in the Fire.

Pour plus d’infos allez visiter son site.

(cliquez sur son image, ci-dessous)

beniciodeltoro.jpg

La montée des marches est commentée par Laurent Weil et Didier Allouch, du film « CHE »  en présence des comédiens Benicio Del Toro bien sûr mais aussi  Benjamin Bratt, Franka Potente et Julia Ormond, en sélection officielle en Compétition du 61ème Festival de Cannes. Le cinéaste américain revient 19 ans après sa révélation à Cannes en 1989, année où il a remporté la Palme d’Or pour « SEXE, MENSONGES ET VIDEO« .

Le premier volet de « Che » doit sortir sur les écrans en France en octobre et le second en novembre. Mais les invités eux devront visionner ce soir les deux volets d’un coup. Hum! Surement besoin de beaucoup de concentration !!! 

19h07 INDIANA JONES  ET LE ROYAUME DU CRANE DE CRISTAL. Attendu par les fans depuis presque vingt ans, le quatrième volet de la saga est sorti aujourd’hui dans les salles, après une avant-première historique (hystérique) à Cannes dimanche dernier pour saluer Steven Spielberg absent de Cannes depuis 1982 (E.T.)

J’ai raté les photos de la montée. Désolée. Allez les voir sur les sites officiels très bien documentés.

Succès assuré, « Le royaume du crâne de Cristal »réalise le meilleur démarrage parisien de l’année avec 7066 entrées dans 29 salles dès les premières séances. -Indiana Jones et le temple maudit avait réuni 9633 spectateurs des les premières séances en 1984 et La dernière croisade, 7119 en 1989-

Nous avons aussi aperçu d’autres célébrités qui ont pénétré l’atmo-sphère cannoise.

Diego Maradona. Malgré les années, l’ex footballeur conserve toute sa popularité. Le réalisateur serbe Emir Kusturica en a même fait un documentaire, présenté aussi sur la Croisette.

Mike Tyson qui avec Madonna a formé une équipe de choc pour le Malawi.  Après avoir rencontré l’ex champion du monde de boxe au Festival de Cannes, la reine de la Pop l’a invité à venir visiter le pays africain cet été. Son but : sensibiliser le monde aux problèmes des orphelins séropositifs si nombreux dans le Tiers-Monde.

Le rappeur américain P. Diddy, ou Sean Combs, ou Puff Daddy -à vous de voir- est venu sur les marches avec toute sa bande voir Two Lovers, le nouveau film de James Gray

Et j’en passe…

Mais il est temps de regagner nos pénates antiboises. La gare est bondée mais 15 mn après nous nous retrouvons chez nous, du moins chez Jeannine, les pieds fatigués et la tête pleine d’histoires.

Et maintenant place aux images.

Pour revenir à l’accueil cliquez sur les marches

img4200lamonte.jpg

Publié dans Cinéma | 1 Commentaire »

Cash

Posté par ENO filles le 2 mai 2008

Cash
Album : Cash

9 images
Voir l'album
   Qui chasse Qui ?  Qui est Cash ? 

Je cite :  « J’ai un défaut j’aime pas perdre »  « Et je gagne toujours parce que j’aime l’argent » « Et je n’ai rien contre le luxe » 

Et vous ?

*Avec Jean Dujardin (j‘aime énormément l’acteur Jean Dujardin et j’ai envie de vous faire partager mes bons moments alors allez voir ce film – il est encore à l’affiche), Jean Reno, Valeria Golino, Alice Taglioni un quatuor de très grande qualité.

Jean Dujardin, notre « James Bond », plus élégant, plus séduisant et plus charmant que jamais dans un film où vous redécouvrirez les règles du jeu du chat et de la souris. Mais armez vous de courage. Il faut rebondir en permanence sous peine de noyade.

*En plus court,  « un arnaqueur fait tout pour éviter les agressifs. Et encore plus les agressifs armés. Solal  a oublié cette règle. Résultat, il est mort, assassiné par un mauvais perdant. Clovis Cornillac n’y fera donc qu’une très brève apparition. L’affaire aurait dû en rester là.

Mais Solal a un frère : Cash (Jean Dujardin) . Et Cash a décidé de le venger. A sa manière. En élaborant une arnaque de haut vol.

Toutefois, l’adversaire est sur ses gardes. Et Cash et ses amis se sont peut-être attaqués à plus fort qu’eux… Dans ce genre d’opération, les alliances se font et se défont, les complices sont parfois des traîtres et les traîtres des complices. A la fin, une seule chose compte : qui est le pigeon ? » Cash? Ses prétendus adversaires? Ou nous, le public?

Une comédie policière ou un policier comédie…

 *Et pour vous mettre en appétit, la bande annonce du film sur : 

http://www.linternaute.com/cinema/fiche_bandeannonce/15160/134002/index.shtml 

*Lien Cinéma  http://www.linternaute.com/cinema/ 

Publié dans Cinéma | Pas de Commentaire »

61e Festival de Cannes

Posté par ENO filles le 2 mai 2008

image6.jpg                                  

Le  61e Festival de Cannes, lieu privilégié des rencontres et des découvertes, est la plus importante manifestation cinématographique au monde. Il aura lieu du 14 au 25 mai.

Sa vocation artistique se décline en diverses actions en faveur du cinéma et il organise parallèlement le Marché du film, destiné à encourager les échanges entre vendeurs et acheteurs du monde entier.

* Le look pour monter les marches
Afin de monter les marches en toute élégance, découvrez cette tenue luxueuse qui fera pâlir de jalousie Nicole et Julia.

*Le kit du parfait festivalier
Avant de vous rendre sur la Croisette, prenez bien soin de noter ces quelques conseils afin de monter les marches avec classe. 
Le parfait festivalier prend des photos et des vidéos avec son téléphone portable.  Comment peut-on se rendre sur la Croisette sans l’indispensable, l’essentiel, le primordial téléphone portable dernier cri ? Ce petit objet rectangulaire que vous glissez très confortablement dans la poche pourra vous sauver la mise dans bien des situations. Obsolètes les encombrants sacs à appareils photos et les lourds camescopes, optez pour la mobilité en utilisant votre téléphone portable dernière génération avec lequel vous pourrez immortaliser très facilement les moments les plus juteux du Festival ! 

Participer au Festival revient à entreprendre une véritable randonnée. Fatigue, stress, ampoules, déshydratation : le confort ne sera pas au rendez-vous et se préparer devient essentiel si l’on ne veut pas que ces petits détails nous gâchent l’existence ! Une trousse de premier secours contenant de l’eau, des pansements, des vitamines, du café, et peut-être un déodorant,  devrait faire l’affaire. Et selon les années un parapluie ou un coupe –vent.

Les News du Festival

*Sean Penn président !
seanpenn.jpg Le Jury, présidé par Sean Penn, accueille deux nouveaux membres, l’actrice française Jeanne Balibar et l’auteur-réalisatrice iranienne Marjane Satrapi.

deniro.jpg Enfin, c’est Robert de Niro qui remettra la Palme d’or, décernée par le Jury, dimanche 25 mai.

*L’affiche du Festival de Cannes 2008 est une photo de David Lynch, avec un graphisme de  Pierre Collier, affichiste de cinéma. Cet hommage au talent de David Lynch donnera le ton du 61e Festival de Cannes. Pierre Collier a imaginé tout un ensemble graphique à partir de l’affiche, créant pour les festivaliers un environnement esthétique autour et dans le Palais, déclaré ainsi territoire cinématographique du 14 au 25 mai 2008.

Et pour la première fois, en partenariat avec la FNCF, l’affiche sera mise à disposition de tous les cinémas de France.  Pour la voir allez sur: http://www.festival-cannes.fr/fr/festival/officalposter.html

*Hommage à Max Ophuls 

Lola Montès de Max Ophuls ouvrira Cannes Classics En 2007, la Cinémathèque française et les Films du Jeudi (Laurence Braunberger) ont entrepris avec l’aide de Marcel Ophuls la restauration de Lola Montès, réalisé en 1955 par Max Ophuls.


Cette restauration a été rendue possible grâce à une étroite collaboration avec la Fondation Thomson pour le Patrimoine du Cinéma et de la Télévision (qui a notamment mis à disposition les laboratoires Technicolor), avec le soutien du Fonds Culturel Franco Américain, et grâce au mécénat de L’Oréal et agnès b.
La Cinémathèque française, sous l’égide de Serge Toubiana, présentera cette nouvelle restauration Technicolor de Lola Montès en avant-première mondiale, lors du 61è Festival de Cannes.
Inspiré par la vie scandaleuse de la comtesse de Landsfeld, dite Lola Montès, le film est la dernière œuvre de Max Ophuls mais aussi son unique film en couleur.
Sous le regard attentif de Marcel Ophuls, en suivant l’expertise technique de François Ede, et grâce aux prouesses techniques des Laboratoire Technicolor, la Cinémathèque française s’est engagée à restaurer Lola Montès dans son montage initial, en lui restituant ses couleurs, sa bande son et son format d’origine, offrant ainsi à ce film culte la possibilité d’émerveiller les jeunes spectateurs et de séduire à nouveau celles et ceux que le film avait déjà conquis.
Cette présentation de cette restauration sera l’occasion de rendre hommage à Max Ophuls, disparu en 1957, peu de temps après la sortie du film. 

* La Sélection officielle, c’est parti.

La Sélection officielle est composée d’une vingtaine de longs métrages en Compétition, de la vingtaine de films sélectionnés à Un Certain Regard, des films Hors Compétition ou en Séances spéciales, du programme des courts métrages en compétition et des films d’école de la sélection Cinéfondation.

* Concourront en sélection officielle

* Les frères Dardenne (deux fois Palme d’or avec Rosetta en 1998 et L’Enfant en 2005) pour  « Le Silence de Lorna »  

* Wim Wenders avec “The Palermo Shooting

* Steven Soderbergh (Palme d’or en 1989 pour Sexe, mensonges et vidéo) avec son biopic consacré au « Che » incarné par Benicio Del Toro.

 *Autre habitué, Clint Eastwood, montera les marches pour défendre « The Changeling » 

*Enfin le réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan, croisé à Cannes en 2003 avec Uzak (deux prix) et en 2006 avec Les Climats, fait son retour en sélection officielle avec le drame « Les Trois Singes » 

Parmi les autres réalisateurs estampillés Croisette,   

*Quentin Tarantino, l’enfant terrible du cinéma américain, ne sera pas en sélection officielle cette année, mais y sera présent: il s’improvisera professeur pour donner la traditionnelle leçon de cinéma. 

*Quant à David Lynch, son esprit flottera durant toute la manifestation puisque l’affiche officielle du Festival de Cannes 2008 a été produite à partir de l’un de ses clichés. 

*La Sélection 2008 du Festival de Cannes est complétée par les films suivants :

- En Ouverture et en Compétition, le mercredi 14 mai : « Blindness » de Fernando Mereilles, avec Julianne Moore, Mark Ruffalo, Danny Glover, Gael García Bernal.

- Le troisième film français en Compétition : « Entre les murs » de Laurent Cantet, avec François Begaudeau. - Un nouveau film en Compétition : « Two Lovers » de James Gray avec Joachim Phoenix et Gwyneth Paltrow.- Par ailleurs, « Hunger » de Steve McQueen fera l’Ouverture du Certain Regard, le jeudi 15 mai.

** Et pour en savoir plus - Les sites Internet

http://www.linternaute.com/sortir/cinema/festival-de-cannes/selection-officielle/programme.shtml 

http://www.festival-cannes.fr/fr.html 

www.festival-cannes.com
Site d’informations générales et pratiques tout au long de l’année, le site officiel couvre pendant le Festival l’actualité de la manifestation avec des articles, des photos et des vidéos (Marches, photo calls, conférences de presse, évènements officiels). Les informations en ligne sont actualisées plusieurs fois par jour et les vidéos font l’objet de « best of ».

*remisepalme2007.jpg Mémoire : Quel film a remporté la Palme d’or 2007 ?

  Votre langue au chat?

Allez sur:

festival-de-cannes.bifi.fr 
Cannes, mémoire de Festival
propose une sélection inédite de documents témoignant de l’histoire du Festival, archivés à la Cinémathèque Française et présentés au travers d’une base de données interactive.

www.ina-festivaldecannes.com
Chroniques d’un festival inauguré en avril, est une initiative commune de l’INA et du Festival pour mettre à disposition des internautes soixante ans d’archives audiovisuelles du Festival, de manière éditorialisée et interactive.

ou cliquez sur les images

  palmedor2007lejt.jpg  palmedor2007.jpg

J’espère ne pas avoir fait d’erreurs

A suivre…

Publié dans Cinéma | 1 Commentaire »

 

LA CRINIERE de KOUMAC |
Force Ouvrière Cordier-Lapeyre |
souvenirs |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | CSF MEINAU - confédération ...
| château de l'Isle
| Oiseaux à Séné Morbihan